P2RIS Normandie


Accueil Publications Ouvrages Le Musée social. Aux origines de l'Etat Providence


Le Musée social. Aux origines de l'Etat Providence

Envoyer Imprimer PDF

 

Le Musée social

Niché au coeur du 7e arrondissement des ministères, le Musée social est le témoin de plus d'un siècle d'histoire sociale. Des milliers de documents en tous genres sont accessibles à tout un chacun, étudiant, chercheur ou autre. Il est également précieux pour collecter les meilleurs mémoires des formations en travail social. Visite guidée avec son responsable, Michel Prat.

5 rue Las Cases, à deux pas du métro Solférino. Un vieux bâtiment, un porche avec cet écriteau étrange "Musée social". Au rez-de-chaussée, un tableau du comte de Chambrun, l'heureux financeur de ce lieu à la fin du 19e siècle ainsi que quelques documents de cette époque soigneusement mis sous verre. Montez au premier étage, vous êtes arrivés au Musée social, un lieu unique et assez méconnu dans la capitale.

Anarchistes et bourgeois dans le même lieu

Dans cet espace de documentation, 120000 documents (dont certains en allemand, anglais, espagnol et russe) y sont stockés. Vous pouvez, par exemple, vous replonger dans les débats, souvent polémiques, qui ont agité le mouvement ouvrier depuis le début de la 3e République. Au début du 20e siècle, le Musée social qui jouait un rôle de "think thank" de la question sociale, était fréquenté aussi bien par des anarchistes qui voulaient abattre le capitalisme que par des bourgeois philanthropes qui voulaient le réformer. Plusieurs fonds documentaires sur le syndicalisme révolutionnaire, le socialisme utopique (la société Proudhon y a laissé des documents uniques) ou l'action sociale sont déposés là.

2 000 mémoires stockés

Ce lieu recense également de très nombreuses publications à dimension sociologique ou juridique sur le logement, l'hygiène et la sécurité, les mutuelles, les assurances sociales, la prostitution, etc. On y vient parfois de loin pour se plonger dans ces ressources rares qui témoignent de la richesse de la "question sociale". Un chercheur japonais y a, par exemple, élu domicile pendant plusieurs mois, pour préparer un livre sur les origines de la sécurité sociale...

Depuis près de 20 ans, le Musée social est également devenu un lieu privilégié pour les travailleurs sociaux. En effet, les meilleurs mémoires du Diplôme supérieur de travail social (DSTS), du Diplôme d'Etat d'ingénierie sociale (DEIS) et du Certificat d'aptitude aux fonctions de directeur d'établissement social (Cafdes) sont archivés dans ce lieu. Derrière son ordinateur, il est possible d'en consulter environ 200 documents (sur environ 2000).

Prendre un peu de recul

Alors, à l'occasion d'un déplacement à Paris, pour nourrir sa réflexion ou entamer un travail de recherche, poussez la porte du 5 rue Las Cases. C'est un voyage dans le temps que vous pourrez faire. Ce petit espace documentaire calme qui sent bon le vieux manuscrit vous permettra de lever la tête du guidon et de prendre un peu de recul. Où l'on pourra alors s'apercevoir que certains "problèmes" qui nous préoccupent tant aujourd'hui ont également eu des développements voici quelques paires de décennies...

Pour tout savoir (ou presque)...

La bibliothèque du Musée social fait partie du Centre d'étude, de documentation, d'information et d'action sociale (Cedias) qui développe d'autres activités (notamment l'animation de la revue "Vie sociale". Elle est ouverte (sauf en août) tous les après-midis de 13 h à 18 h (17 h le vendredi). Une participation financière modique est demandée.

Son site internet permet d'accéder à la plupart des références disponibles sur place. Une petite partie (notamment des mémoires de formation en travail social) est consultable à distance. En revanche, la bibliothèque ne fait aucun prêt de document.

Pour plus d'information : 01 45 51 66 10 ou bibliotheque@cedias.org.

Mise à jour le Jeudi, 06 Février 2014 14:04  

Dernières publications

Banlieues, cités, ghettos, bidonvilles, campements...
Définitions, mythes et réalités

Sous la direction de Manuel Boucher et Hervé Marchal

Avec la collaboration de : Gérard Mauger, Sophie Body-Gendrot, Jean-Marc Stébé, Sonja Preissing, Jean-Baptiste Daubeuf, Erell Latimier, Franck Bettendorff, Anick-Michelle Mian-Etchonwa, Thibaut Besozzi, Mohamed Belqasmi, Marisol Molina-Krop, Jean-Yves Dartiguenave, Ewa Bogalska-Martin, Walter Greco

L'Harmattan 376 pages

ISBN : 978-2-343-17383-2

En savoir plus ...


La gauche et la race

Réflexions sur les marches de la dignité et les antimouvements décoloniaux

Manuel Boucher

L'Harmattan - 280 pages

ISBN : 978-2-343-16011-5

En savoir plus ...


La laïcité à l'épreuve des identités
Enjeux professionnels et pédagogiques dans le champ social et éducatif

Sous la direction de Manuel Boucher

Avec la collaboration de : Sarra Chaïeb, Lionel Clariana, Karine Darbellay, Anne-Françoise Dequiré, Caroline Fourest, Nadia Lamm, Ségolène Neuville, Benoît Petit, Ghislaine Rehfuss, Pascal Rigaud, Jean-Paul Scot, Catherine Taglione, Michel Thierry, Daniel Verba

Août 2017, 240 pages

ISBN : 978-2-343-12641-8

En savoir plus...


Subjectivation et désubjectivation. Penser le sujet dans la globalisation

Les directeurs de la publication : 

Manuel Boucher, Geoffrey Pleyers & Paola Rebughini

Avril 2017, 304 pages, ISBN : 978-2-7351-2350-6

En savoir plus...